Ugh Lessioux

Une succession d’interventions, un peau rouge pour un fil rouge, des annonces et des semonces, des rites rythmiques pour batteries poétiques, en solo, en moto, made in nomade.
Ugh Le sioux dénonce à coup de baguettes la relativité du temps et la nécessité dans extraire son propre tempo, une recherche absurde et indispensable, d’un homme seul et déterminé qui voyage en tambours.

Ce matin là, je me suis éveillé en ayant l’intime conviction d’être un indien. Un de ceux, avec des plumes, qui se sont fait allègrement massacrer et à qui on a tout piqué, un homme libre, face à une société partie pour tout dévorer.
Mais, comme j’ai vu plein de films de cow-boy, et que je me suis intéressé aux histoires de tribus, j’ai pensé, que moi, j’allais pas me faire avoir, que je serai un solitaire, rapide comme l’éclair, avec mon cheval et mes tambours, pour célébrer mes folies chamaniques en place publique.

De et avec Mickaël Féral

Documentation

Dossier Ugh Lessioux
(Fichier PDF, 334.5 ko)